Depuis une loi votée par l’Assemblée nationale et promulguée le 4 août 2014, le gouvernement a mis en place des dispositifs particuliers en vue de parvenir à l’égalité entre hommes et femmes au travail. Pour les chefs d’entreprises qui ne les appliquent pas encore, nous allons vous présenter ici quelques points importants concernant les obligations des entreprises en termes d’égalité homme femme au travail.

L’égalité de rémunération

Chaque employeur a l’obligation d’appliquer le principe disant « à travail égal, salaire égal ». Il est déplorable de constater de nos jours que les hommes sont toujours mieux payés que les femmes dans le monde du travail. Pourtant, le principe est clair : tous les patrons doivent appliquer le même salaire pour les hommes et les femmes qui occupent un poste similaire. La grille salariale de l’entreprise ne doit pas présenter une forme de discrimination à l’égard des femmes. Les composants de la rémunération doivent être identiques pour les deux sexes.

Il est à noter que le travail est considéré comme ayant une valeur égale, lorsqu’il y a une similarité entre les diplômes, le titre, les capacités venant d’expériences similaires, une responsabilité commune, une charge physique ou nerveuse de même calibre et aussi une même pratique professionnelle.

La non-discrimination

Ce principe évoque le fait que les employeurs ne doivent pas prendre de décisions par rapport au sexe de la personne. Il est par exemple interdit par la loi de licencier une personne à cause de son sexe, de la suspendre de ses fonctions, ou même de décider de ne pas l’embaucher. Les offres d’emploi ne doivent en aucun cas comporter une préférence de sexe sauf dans les cas suivants : les comédiens ou comédiennes qui doivent interpréter un rôle précis, les modèles hommes ou femmes.

Les hommes et les femmes devraient avoir les mêmes chances d’obtenir une promotion ou une augmentation, ils ont aussi les mêmes droits concernant l’accès à la formation. Il y a même pour certaines entreprises une loi qui les oblige à respecter une parité homme / femme au sein de leur conseil d’administration.

Le congé parental et la négociation collective

De nos jours, la responsabilisation du père quant à l’éducation de l’enfant est vivement encouragée. C’est pour cela que les deux parents ont droit au congé parental après une naissance ou une adoption.

Par ailleurs, il doit exister des négociations au sein de l’entreprise quant à l’égalité des droits des hommes et femmes. Pour cela, les entreprises ont l’obligation de fournir les informations nécessaires quant à leur situation familiale.